Gifted
Volume 1

Natsuki Amakusa, jeune et séduisant prodige de la police de Tokyo, se présente sur une scène qui semble être celle d’un suicide. Un homme annonce avoir été témoin du drame, déclarant que la jeune femme a sauté du sommet de l’immeuble. Mais un lycéen le traite immédiatement de menteur et déclare que ce « témoin » est, en fait, l’auteur du crime. 

Cela conforte Natsuki, qui constatait déjà des incohérences dans le témoignage. Mais il se demande comment le lycéen, Yuya Shiki, a pu confondre l’assassin. Le jeune homme lui répond qu’il a « perçu » que l’homme était le criminel. Et pour cause, Yuya a un pouvoir étonnant : il distingue une aura autour des gens qui ont tué. 

Natsuki se dit qu’il tient là un atout de taille pour résoudre ses enquêtes. Il tente de convaincre le lycéen de collaborer avec lui.

Par legoffe, le 8 juillet 2024

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur Gifted #1 – Volume 1

Deux beaux gosses devant coopérer pour résoudre des crimes, voilà la recette permettant de faire d’un shojo un polar. Et il est signé du scénariste des Gouttes de Dieu, qui oeuvre ici sous le pseudonyme Seimaru Amagi. 

Les lecteurs sont plongés immédiatement dans le contexte, avec la rencontre entre Natsuki et Yuya. L’étincelle va nécessiter un autre crime – cette fois dans le lycée du héros – pour que les choses se précipitent.

S’il vous parait étonnant qu’un ado croise si rapidement le chemin de plusieurs meurtriers, ce qui m’a le plus surpris, pour ma part, est que le policier ne s’émeuve pas d’apprendre que Yuya dispose d’un tel pouvoir mystique. Il y voit un atout, point. Pas de doutes, pas de craintes, pas de questions. Il faut dire qu’il a un aplomb incroyable. Il est charismatique et un brin frimeur, tandis que Yuya est plutôt taciturne. Comme souvent, l’idée est de jouer sur des caractères opposés pour créer un tandem explosif. 

Le scénario fonctionne assez bien… une fois que l’on a accepté que l’impensable soit aussi facilement admis par Natsuki. Pour l’instant, il s’agit d’affaires assez simples, propres à installer la série. Il faut attendre la fin du tome pour sentir les premières vraies surprises. Le livre s’arrête, en tout cas, en plein suspense, intrigant le lecteur. 

Le dessin, classique, est assez agréable. Il est installé dans un découpage dynamique, qui permet d’oublier que l’intrigue n’est pas encore des plus complexes. 

Si les fans de polar trouveront, justement, que ces affaires manquent d’intrications, les personnes moins familières du genre trouveront sans doute leur compte dans cette aventure fantastique à l’esprit tantôt sombre, tantôt fun.

Par Legoffe, le 8 juillet 2024

Publicité