Jean-Louis (et son encyclopédie)

Jean-Louis est, heu !… comment dire ! le genre de collègue que l’on ne souhaiterait à personne, même pas à son pire ennemi. Hâbleur de bas étage (la cave, quoi !), gaffeur lourdingue de l’impossible, égocentrique, mythomane, emblème de la mocheté, … cet énergumène aux qualificatifs peu élogieux est malheureusement prof et s’est mis dans le crâne de faire sa propre encyclopédie. Arrivé fraîchement dans un établissement scolaire, l’on subodore que son intégration au sein de l’équipe en place va être des plus mouvementées.
 

Par phibes, le 2 août 2009

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur Jean-Louis (et son encyclopédie)

"Jean-Louis" est le genre d’ouvrage qui, par sa simplicité d’exécution et le sel qu’il dispense sans compter, devrait plaire à bon nombre de lecteurs. En tous les cas, pour ma part, il m’a naturellement comblé. !

Mettant en scène un petit personnage sans aucun charisme si ce n’est de faire des bourdes à gogo, Fabcaro, qui joue dorénavant dans la cour des grands après "La clôture" récemment sortie, "La Bredoute", "Droit dans le mur"…, vient se gausser de la bêtise humaine dans son immensité au travers de strips incisifs. Ayant choisi le cercle enseignant (qui ne sera même pas écorché) pour y faire évoluer son poison personnifié, l’auteur nous aligne des gags d’une croustillance qui fait grand plaisir à goûter. A cet égard, on pourra s’abreuver des réflexions décalées du dénommé Jean-Louis qui parviendra, par ses réflexions maladroites et nauséabondes, à s’enliser dans une sorte de gangue de balourdise au contact de ses pauvres collègues. Cette constance dans les gaffes est des plus profitables et maintient, de fait, sans faux pas, un niveau humoristique bien alléchant.

Afin d’éviter, peut-être, une certaine saturation par l’omniprésence "pesante" du personnage central, Fabcaro alterne les gags avec des extraits de l’encyclopédie que Jean-Louis est censé mettre sur pied. Usant d’une thématique d’une banalité incroyable et affligeante, il nous maintient habilement dans l’ambiance de départ mais en la présentant autrement.

Graphiquement, le trait de l’auteur parle de lui-même. Se présentant sous une forme expurgée, il met en évidence ses protagonistes rabougris sur des fonds uniment colorisés, dans des postures statiques dont la moindre sensation de mouvement (yeux, bouche, bras…) apporte l’expressivité adéquate.

"Jean-Louis" est donc un excellent ouvrage réalisé par un Fabcaro au sommet de son art qui a su mettre sur pied un personnage tellement détestable mais si appréciable qu’on en redemanderait.
 

Par Phibes, le 2 août 2009

Publicité