Les Libérateurs

L’étranger menace une contrée médiévale ensanglantée. Menace invisible que le commun des mortels ne sait reconnaître, elle se glisse dans les foyers sans que personne n’y prenne garde. Heureusement, les libérateurs, avec à leur tête le sanguinaire Alec, veillent. Ils traquent au coeur même des villages et des campagnes la moindre manifestation de l’étranger, et l’éliminent sans la moindre pitié.
Saint rêve de devenir Libérateur. Il profite du passage d’une patrouille près de son village pour se faire enrôler.

Par TITO, le 1 janvier 2001

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur Les Libérateurs

Plus que la beauté des dessins et l’expressivité des personnages, Les Libérateurs frappe par la densité des messages qu’elle entend faire passer. Enrique FERNANDEZ parle de peur de l’autre, de manipulation des puissants, de populisme aussi. Elle parle de héros et de gloire, même si les héros ne comprennent pas vraiment la cause qu’ils embrassent.
Le scénario est très riche, mais l’auteur a choisi de privilégier la densité et la force de son récit à la lisibilité pour le lecteur. J’avoue donc m’être perdu plusieurs fois à essayer de suivre l’histoire, et j’ai été obligé de m’y reprendre à plusieurs fois pour bien saisir le propos, et encore ne suis-je pas certain de tout avoir bien saisi. Peu importe en fait car le graphisme sophistiqué et les messages sous-jacents rendent agréable la lecture de cette BD originale et soignée.
Une nouvelle preuve de l’essor de la BD espagnole que je vous invite à découvrir si vous avez le courage de vous plonger dans une narration exigeante.

Par TITO, le 12 octobre 2005

Publicité