LULA NONYME
Tome 1

Née sur les Post-it de son créateur, Lula est une charmante et dynamique petite fille qui, plutôt que de s’ennuyer comme elle nous dit que c’est souvent son cas, préfère cette fois utiliser le temps qu’elle passe (avec nous, lecteurs), à se présenter et à nous présenter ses animaux de compagnie : Zach le chat qui louche, Günter le cochon gris et Fuyutsuki la tortue japonaise…
 

Par sylvestre, le 1 janvier 2001

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur LULA NONYME #1 – Tome 1

Parce qu’il est numéroté 1, cet album laisse penser qu’une suite est prévue aux aventures de Lula. Parce que, eh, aventures, aventures… Le mot est quand même un peu disproportionné (mais il est de moi, l’auteur ne le revendique pas). Oui, car plutôt que d’aventures, c’est plus de présentations qu’il s’agit, et Frédéric Berria, l’artiste, en profite effectivement surtout pour nous faire faire connaissance avec tout un éventail de ses personnages (humains et animaliers) aux caractères bien trempés en leur faisant vivre des situations de cohabitation comiques.

Née sous les doigts de son auteur sur des Post-it, Lula Nonyme voit toutes les planches de la BD dont elle est la vedette composées originalement, avec, souvent placées derrière les personnages, des évocations de ces fameux Post-it. Mais d’autres motifs également, en filigrane ou à coups de pinceaux à l’aquarelle, font éviter à l’arrière-plan de n’être qu’une plate surface blanche.

A la croisée graphique entre un Léo Cassebonbons et un personnage de manga, Lula est parfois une peu pâlotte mais a la trombine d’une sympathique petite héroïne de BD qu’on devrait avoir plaisir à retrouver. Lula Nonyme propose en outre un attachant bestiaire très kawaï : Zach a une che-tron vraiment trop top-défonce, Günter a un aspect très "japanime" genre boule de chewing-gum et, si la tortue Fuyutsuki est dessinée plus classiquement, son prénom et les caractères japonais qui accompagnent ses paroles la rangent aussi dans cette catégorie rigolote d’animaux manga-inspired.

Les gags en eux-mêmes sont sympa mais on sent quand même qu’il est difficile d’être très original là où tant de dessinateurs de BD ont déjà posé des jalons. C’est pourquoi il est encore difficile de dire si Lula devrait avoir un avenir plus "histoires complètes" ou devrait continuer de vivre à coups de gags en une planche. En tout cas, les présentations étant désormais faites, Frédéric Berria a maintenant les cartes en mains pour faire évoluer ses personnages et leur univers. A suivre…

Some more on http://www.lulanonyme.com
 

Par Sylvestre, le 11 avril 2008

Publicité