MARION

C’est en juin 2006 que Marion, alors âgée de seulement 18 ans, fait un AVC massif, juste avant de partir rejoindre ses amis pour une soirée. Les soins, la rééducation, l’incompréhension, les explications font partie alors de sa vie. Paralysée du coté droit, ayant perdue l’usage de la parole et de la locomotion, elle se bat tous les jours, tout le temps, avec ses proches, pour tenter de retrouver un semblant de vie.

Par aub, le 15 mai 2024

Notre avis sur MARION

Il y a des albums comme ça, que l’on achète parce que l’on aime l’auteur. Christian BINET, un incontournable dans le Monde de la Bande Dessinée, auteur de très grand talent, bien connu pour ses Bidochons, entre autres, fait partie de ces auteurs dont je ne manque aucun album.

Voilà ce qui, une fois de plus, m’a attiré à l’achat… Je m’attèle à la lecture ne sachant absolument pas à quoi m’attendre, et là, c’est une CLAQUE incroyablement habile, qui cingle et qui secoue, une CLAQUE qui vous foudroie et vous laisse groggy quelques instants.

Me voici en pleine lecture de l’histoire vraie de Marion LARAT, la scénariste de cet album, qui a eu l’excellente idée de demander à Christian BINET d’illustrer son histoire. Une très bonne idée, car le sujet est tellement dur, que le trait de BINET nous permet de nous détendre. Ce trait de crayon reconnaissable parmi tous nous permet de souffler, tellement notre respiration reste coupée.

Cet ouvrage nous permet aussi de découvrir une maladie bien méconnue du grand public : un AVC Massif.

Adroitement racontée, l’histoire vraie de Marion ne laisse pas indifférent. Nous éprouvons des frissons, tellement cette histoire est dure et tellement les deux auteurs réussissent à nous la raconter en rendant compréhensible la maladie et en parvenant à narrer les évènements tragiques qu’ont vécu Marion et ses proches. Sans être larmoyant, ni plaintif, on a au contraire une jeune femme, sa famille et les médecins qui l’entourent toujours très battants, subissant les rebondissements de la maladie, les petites joies et les grandes peines, les unes derrières les autres.

Initialement publiée aux Editions Stock (La Pilule est amère), l’histoire de Marion Larat est adaptée en bande dessinée. Une excellente façon de toucher un autre public, de le sensibiliser au risque des contraceptifs hormonaux.

J’ai tellement aimé cet album et sa force, que j’en ai refait la lecture, en tendant l’autre joue pour prendre une nouvelle claque.

Ne passez pas à coté, lisez la et faite la lire.

Par AUB, le 15 mai 2024

Publicité