Mirages de la mémoire

Saint Kitts, dans les Caraîbes, est frappé par un des typhons qui balaient les îles. Corto Maltese a pu mettre son bateau à l’abri. Ce bateau, auquel Maltese tient beaucoup, c’est celui de Madame Java.
Assis dans un fauteuil d’osier, il savoure un bon rhum tout en fumant et regardant le paysage. Il se met à observer une araignée et pense qu’il peut s’agir d’une des figures d’Anansi, le fils du dieu du ciel Nyame. Un homme, nommé Kees, vient troubler ses pensées. Il le cherche car un certain Ronald Bantam lui a dit que seul Corto Maltese et Ogun Ferraille pouvaient l’aider. Il lui raconte son histoire…

Par berthold, le 28 février 2019

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur Mirages de la mémoire

Mirages de la mémoire est un livre qui permet de découvrir six récits tournant autour du marin créé par Hugo Pratt en 1967. Ces récits sont de belles invitations au voyage, que ce soit sur les mers et océans du globe, qui nous entrainent à Cuba, en Ecosse, en Inde et ailleurs… Ce sont aussi des endroits mythiques qui entrainent les lecteurs, outre dans des voyages, vers de rêves inédits.

Ces récits sont écrit par Marco Steiner, qui avait récemment imaginé une aventure de Corto Maltese jeune dans Le Corbeau de Pierre (Denoel, 2016). Il est aussi médecin, il a bien connu Hugo Pratt. C’est à lui que nous devons aussi les adaptations en roman des albums La ballade de la mer salée et de Corto Maltese en Siberie.
Ces histoires, dont une racontée par lui-même, mettent aussi en scène certains personnages vus dans les aventures de Corto Maltese dont Tristan Bantam, mais aussi une évocation de la période où le marin rencontra Butch Cassidy.

La dernière histoire se situe en Inde, l’année où un certain avocat, nommé Gandhi, est venu en aide à Corto et l’entraîner vers une nouvelle voie.
C’est un vrai plaisir de lecture qui nous permet d’imaginer de nouvelles aventures.

Ces six histoires sont accompagnées de magnifiques illustrations signées José Muñoz, artiste argentin et dessinateur d’Alack Sinner entre autres, qui eut comme professeur un certain Hugo Pratt.

Un beau livre, un beau voyage qui nous attend. Dépaysements garanties !

 

Par BERTHOLD, le 28 février 2019

Publicité