Nuit de croqueur

102 pages pour 6 histoires dont l’atmosphère est toujours plus brûlante, plus moîte. Fretet nous plonge dans un univers à la sexualité transpirante, comme si une fièvre érotique s’était emparée de lui et de ses personnages! Prostitution, bikers, travestis y tiennent le premier rôle.

Par PASCAL, le 1 janvier 2001

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur Nuit de croqueur

Sous forme de journal écrit sur le modèle de l’écriture spontanée, Fretet explore ses fantasmes les plus secrets. Il délire entre prostitution, violence, mort, viol. Rarement la pornographie a été traitée de manière aussi libre. L’album semble être à l’image de l’esprit de l’auteur : Chaotique. Comme s’il exorcisait ses fantasmes sur le papier, comme s’il jetait aux yeux de tous des souvenirs qu’il voudrait partager, presque une confession. Il en faudrait peu pour que l’on oublie que c’est une bande dessinée érotique. L’album dégage une sensualité glauque et fantasmatique qui ne peut cependant pas laisser indifférent.

Par PASCAL, le 29 janvier 2003

Publicité