PORTES DE SHAMBALLAH (LES), tome 1
L'Aube Dorée

Sur la côte chinoise en 1929, Malcom Mackenzie, ancien agent du renseignement anglais, est pris à partie par la bande à Bauer. Lors de cette escarmouche, il fait la connaissance d’Erwan Frioul, archéologue novice. Ce dernier confie à Malcom qu’il est à la recherche d’un royaume mystérieux et souterrain appelé "L’Argatha" dont la capitale serait Shamballah.
Ignorant les dangers de cette quête, l’agent secret se doit d’informer de ce qu’il a vécu, trente ans auparavant, au contact d’une société secrète la Golden Dawn (l’aube dorée) régie par des forces mystérieuses.

Par phibes, le 1 janvier 2001

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur PORTES DE SHAMBALLAH (LES) #1 – L’Aube Dorée

Les portes de Shamballah  ouvre une nouvelle série dans la récente collection « Muse » et nous plonge en plein ésotérisme au beau milieu d’une aventure dont les débuts se déroulent à la fin du XIXème siècle. La société anglaise compte dans ses bas-fonds un groupuscule composé de notables qui s’adonnent sournoisement à des pratiques peu communes sous l’égide d’une entité supérieure.
Malcom Mc Kenzie est le personnage central de l’histoire. Arborant une chevelure abondante rousse trahissant ses origines écossaises, il assume à plein régime son rôle d’agent secret en investissant les milieux initiatiques.

Le scénario à six mains fonctionne superbement bien. Le rythme infligé dès les premières pages est rapide, la course-poursuite engagée par les sbires à Bauer emballant la lecture. Cette fébrilité se ressent tout au long de l’album grâce des changements de plans brutaux (apparitions de dragon ou autres créatures, coup de poing…). Par les pratiques occultes, le fantastique s’immisce pleinement dans un récit bien maîtrisé.

Le dessin, quant à lui, est très agréable et actif. Malgré quelques inégalités au niveau du trait des visages (oui, je chipote !), il démontre une rigueur graphique débutante portée, semble-t-il, sur le style comics. Une certaine énergie se dégage grâce au réalisme des attitudes en perpétuel mouvement et aux plans judicieusement débordant.
L’apparition de ces êtres fantomatiques est inquiétante (il me rappelle l’apparence de l’humanoïde commandé dans La Marque Jaune de Blake et Mortimer) et augure une suite mouvementée pour nos deux héros.

Ce tome fait partie d’un premier cycle de 4 albums dont 3 à venir qui ne manqueront certainement pas de faire toute la lumière sur ce fameux Roi du monde pour l’instant invisible.

Par Phibes, le 2 août 2007

Publicité