VAE VICTIS !, tome 3
Garak, le voleur de torques

Les esclaves des Helvètes sont désormais captifs des Romains. Ils vont être utilisés pour enterrer les morts de la bataille. Parmi eux se trouvent Ambre et Garak "le borgne". Si ce dernier voit dans cette mission un sursis avant la mort, il y voit surtout la possibilité de prélever sur les morts leurs ors…

Milon, qui avait obtenu de César la promesse de pouvoir libérer cent enfants, délivrera en premier lieu Ambre, puis Garak, sur les supplications de la Gauloise.

Mais le borgne s’enfuira avec le trésor qu’il aura réussi à rassembler, emmenant Ambre avec lui. Leur barge sera attaquée par des Germains : c’est ainsi que notre héroïne et celui qu’elle aime vont se retrouver face à Didius, l’envoyé de Crassus.

Ces retrouvailles auraient pu ravir Didius si César n’avait pas réussi à avoir vent, entre temps, de la vérité sur la présence du Romain parmi les Germains… contre qui une guerre sera alors déclenchée.

Par sylvestre, le 1 janvier 2001

Publicité

Notre avis sur VAE VICTIS ! #3 – Garak, le voleur de torques

Comme le laissait supposer la narration du tome 2, on n’est pas surpris en ouvrant ce troisième album de voir s’adresser à nous Garak le borgne. La suite des aventures de nos quelques héros nous est contée, et, comme dans les tomes précédents, c’est à toute vitesse que se passent les choses. Quel rythme ! Un rythme d’autant plus soutenu que l’histoire n’arrête pas de faire se recroiser les destinées des uns et des autres. C’est la formule de ce début de série : les personnages se perdent de vue au gré des événements pour se retrouver plus loin dans le temps, à l’occasion d’autres situations. A la fin du tome 2, Cloduar et Milon disparaissaient pour revenir dans le second opus. Cette fois, c’est Garak qui tire sa révérence, mais… encore une fois (comme pour les autres) est-il mort ou bien jouera-t-il un rôle par la suite ? Pour le savoir, le mieux est encore de continuer à se faire entraîner dans les rapides de cette saga très prenante !

Par Sylvestre, le 29 juillet 2006

Publicité