AGE OF BRONZE
A Thousand ships

(Age of Bronze 1 à 9)
Un beau jour, le jeune Paris, élevé par Agelaus et sa femme, sur le mont Ida, découvre qu’il est en fait un prince de Troie, fils de Priam et d’Hécube. Fort de ce nouveau statut il accepte de partir récupérer Hésione, la sœur de son père, jadis enlevée par Telamon. Sur le chemin il s’arrête à Spartes pour s’entretenir avec Menelas qui est en train de conclure un traité avec le souverain troyen… Mais sur place il rencontre la magnifique Hélène. Ils tombent éperdument amoureux l’un de l’autre et le soir même Paris enlève la belle pour la ramener à Troie, oubliant sa mission initiale… Mais Ménélas, de retour, constatant l’outrageant délit, somme son frère, le grand roi Agamemnon de soulever les flottes grecques pour déclarer la guerre à Troie. Commencent alors un long et fastidieux rassemblement…

Par fredgri, le 5 septembre 2013

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur AGE OF BRONZE #1 – A Thousand ships

Eric Shanower est certes connu pour ses multiples travaux sur le monde du magicien d’Oz, néanmoins il anime, certes irrégulièrement, une série très différente en parallèle, mais remarquable à plus d’un point. Il s’agit de "Age of bronze", qui relate les évènements qui ont mené à la guerre de Troie, la guerre et sa conclusion, le tout sous un angle ultra réaliste et non plus axé sur le côté mythologique. Pour l’occasion Shanower s’est extrêmement documenté, fouillant dans de nombreux livres, se renseignant sur les us et coutumes de la Grèce Antique, sur les cultes en vigueur, sur la "chronologie mythologique" etc. Quand on lit cet album on a non seulement l’impression de lire un récit pratiquement historique qui explique de façon très cohérente les diverses interventions divines, en mettant en relief l’importance des croyances à ce moment là, comment les signes pouvaient être réinterprétés comme des signes des dieux, mais en plus on a le sentiment que tout ça a très bien pu se passer tel quel… Shanower met en avant la situation économique des divers royaumes, les enjeux politiques qui peuvent faire comprendre que cette guerre n’était pas juste pour récupérer Hélène, mais qu’il y avait tout de même des avantages commerciaux à briser la main mise de Troie sur l’Hellespont, par exemple !

Le scénariste/dessinateur garde tout de même, tout du long, une approche entièrement tournée vers les personnages. Il s’attache alors à dresser le portrait de tout ces personnages mythiques, tirant des liens les uns vers les autres, révélant des amours bouleversés, des trahisons, tissant petit à petit un canevas très complexe qui tient compte des légendes, c’est vrai, tout en s’appuyant sur des textes plus réalistes.

Et cette lecture est passionnante, car nous voyons devant nous se construire le profil de l’une des guerres les plus connues au monde. Le processus qui va nous y emmener est complexe et long, Shanower y développe pas mal de micro intrigues, on découvre Achille, Odysseus, Paris, Nestor, Cassandre etc. Chacun a son rôle et le scénario prend le temps de bien les caractériser, de ne rien laisser au hasard ! Nous pouvons aussi compléter cette lecture avec en fin de volume une carte de la Grèce, de l’Asie Mineure, des arbres généalogiques qui nous aident à mieux appréhender les enjeux familiaux qui se jouent aussi, il y a un lexique, un dossier assez complet sur cette période et une liste d’ouvrages de référence. C’est ultra complet et très enrichissant.

Sans oublier que graphiquement Shanower a le dessin qu’il faut, d’un magnifique classicisme très propre, chacun de ses personnages transpire le mythe, la beauté royale, ses princes et ses rois sont majestueux, ses femmes sont sublimes, ses vêtements sont brodés avec minutie et tout est incroyablement détaillé et précis…

Un premier volume qui prépare la suite avec beaucoup de magnificence. L’ensemble est prévu en 5 livres (à ce jour seuls les deux premiers sont parus, ainsi que les deux premières parties sur trois du troisième) et je vous conseille très vivement de vous lancer sur cette série, même si d’emblée il faut accepter d’être patient, on ne sait pas quand cela se terminera !

Toujours est-il que cette série pose un regard inattendu sur les textes mythologiques comme l’Illiade et c’est passionnant, voir même indispensable !
Avis aux amateurs !

Par FredGri, le 5 septembre 2013

Publicité