CLIMAX, tome 3
Les Faiseurs d'aurore

L’agence Imago Mundi a dû suspendre ses activités suite à l’accident survenu en Angleterre. Mais s’agit-il vraiment d’un accident? Pour l’instant, Harald  Haarfager s’est rendu dans le Grand Nord. Mais cette expédition aurait failli mal tourner sans l’intervention d’un chasseur inuit.  Harald va être recueilli par la famille de cet homme. Il va apprendre que des aurores boréales qui semblent artificielles se déclenchent dans cette région. Peut-être même que ces phénomènes ont un rapport avec l’arrêt des actions d’Imago Mundi? Harald n’a plus qu’à retrouver Leia et Loïc pour enquêter là-dessus…
 

Par berthold, le 1 janvier 2001

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur CLIMAX #3 – Les Faiseurs d’aurore

Juin 2009 voit donc la sortie des deux derniers tomes de la mini série Climax qui fait suite à Imago Mundi. Les Faiseurs d’aurore est un bien joli titre, je trouve. Il a une connotation poétique, il a une sonorité agréable. Pourtant, lorsque le lecteur découvrira ce que c’est, il sera surpris. Mais je ne vais pas vous dévoiler l’intrigue de ce tome 3.
Eric Corbeyran, le scénariste des Stryges, d’Okhéania, de Nelson Lobster ou encore de Weëna et Achille Braquelaire, artiste et informaticien, ont ensemble écrit une série fort passionnante. Se basant sur un sujet sensible, celui de l’écologie, de l’avenir de la planète, ils ont conçu un excellent thriller. Il me tarde de lire le prochain tome pour découvrir la conclusion. Vous allez me dire que j’aurais pu déjà lire la suite. C’est vrai. Mais je préfère me laisser un peu de plaisir à attendre la conclusion. Cela me permet de me faire mes propres idées, mes propres suggestions et de voir si j’ai eu raison ou tort.

J’aime beaucoup le dessin de Luc Brahy. Il a un style assez clair, assez dynamique dont le lecteur sera fan dès lors qu’il feuillettera une de ses oeuvres. Vous y trouverez de grandes scènes comme la page 24 et sa troisième case, par exemple, ou encore la scène de l’ours. Luc Brahy est un auteur de talent dont il faut surveiller la production.

Bon, il ne me reste plus qu’à m’atteler à la conclusion pour découvrir ce que cache tout cela.

Par BERTHOLD, le 10 juillet 2009

Publicité