FUZZ ET FIZZBI, tome 1
Le Mangerunes

Fuyant ses poursuivants après avoir dérobé une guirlande de saucisses sur l’étal d’un commerçant, Fizzbi, petit lutin de Splynn, et son compagnon aux allures de renard, Fuzz, sont sauvés par un magicien qui se fait appeler Kanzer. Ce dernier propose à Fizzbi d’être son assistant, ce que le lutin ne met pas longtemps à accepter, voyant les avantages que cela pourrait lui apporter.

A l’autre bout du continent, le malfaisant Gobeléon et son double (auto-créé lors de la prononciation d’une formule magique qu’il a malencontreusement entrecoupée d’un éternuement) arrivent au château du Mangerunes. Celui-ci ainsi que ses armées ont été figés dans la pierre il y a longtemps par un mage, Fanszchnabz, qui les a mis hors d’état de nuire. Le Mangerunes tirait son pouvoir de ses lectures, qu’il assimilait tout en les détruisant, laissant le peuple sombrer dans l’ignorance et l’illettrisme. Les Gobeléons arrivent donc dans son château, forts d’une formule à réciter qui mettrait le Mangerunes et sa puissance sous leur domination.

Mais voilà qu’un nouvel éternuement pendant la lecture de la prometteuse formule tire le Mangerunes de sa léthargie, laissant les Gobeléon bien impuissants et finalement contraints de se mettre au service de celui qu’ils ont réveillé.

Le Mangerunes leur donnera pour mission d’accompagner ses armées afin de mettre la main sur Le Grand Livre des Principes, dont la lecture ferait de lui le maître incontesté du continent. Ce fameux ouvrage se trouve justement chez le magicien Kanzer…

Par sylvestre, le 1 janvier 2001

Publicité

Notre avis sur FUZZ ET FIZZBI #1 – Le Mangerunes

Eh ! Vous voyez, il n’y a pas besoin forcément de diluer une histoire sur cinquante tomes pour trouver une histoire d’Heroic Fantasy avec un début, une histoire sympa et une fin. Ce tome 1 de la série "Fuzz et Fizzbi" en est la preuve !

Eh oui, tout y est ! L’équipe de héros qui se forme petit à petit (Fuzz et Fizzbi, puis Kanzer et enfin Brutus Kompilor), les méchants (créatures, soldats), l’humour HF, les situations de confrontations, etc, etc… Ah, si… il doit manquer la belle aux poumons bien développés !
En fait, ce n’est pas étonnant qu’elle n’existe pas, celle-là. En effet, cette série, comme le laisse deviner le graphisme (au demeurant de très bonne qualité) de Ciro Tota, est toute indiquée pour de jeunes lecteurs. Je dirais même que c’est une très bonne entrée en matière pour un jeune public qui voudrait s’essayer à la lecture de ce style de BD.

C’est humoristique, bien conçu, finement dessiné et tout ça sans besoin d’avoir recours au sexe ou au sang. Du joli travail ! Une BD qui se laisse lire et qui laisse un bon souvenir.

Par Sylvestre, le 6 décembre 2005

Publicité