LADY AND BUTLER
Tome 1

 L’Académie Sôseikan est un pensionnat pour les enfants de la bonne société. Au sein de cet établissement deux cursus coexistent : la classe L, réservée aux héritiers de la noblesse, et la classe B, à la formation des majordomes. Suite au décès de ses parents, Ryô intègre ce prestigieux lycée où elle se lie d’amitié avec Hakuô, le meilleur élève de la classe B, qui s’avère être l’héritier d’une des plus puissantes familles du pays…

Par PEK, le 18 janvier 2011

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur LADY AND BUTLER #1 – Tome 1

 Il faut croire que les histoires de majordome sont à la mode depuis la sortie de Black Butler … Bien que nous ne nous situons pas sur le même type de publication !
Très clairement axé Shôjo (Manga pour jeune fille) l’histoire n’en reste pas moins sympathique pour les garçons pour peu qu’ils aient la curiosité d’y mettre le nez car avec une telle jaquette ils auront plutôt tendance à foncer loin de cet ouvrage pour être sûr que personne ne les verra sortir avec ce manga à la main …

L’histoire en elle-même est cousue de fil blanc, tout le monde, à la simple lecture du résumé de fin d’album, s’attend à ce qui se passe effectivement dans le récit. L’histoire de la jeune écervelée qui ne veux faire de mal à personne, être l’amie de tous et qui déroge à toutes les règles de bienséance de l’école. Le jeune homme riche et célèbre qui n’accepte pas sa condition et veut être reconnu pour ce qu’il est et non pour son nom de famille. Les autres jeunes pimbêches jalouses, la meilleure amie un peu bête, etc … Tous les ingrédients sont là pour nous servir une histoire à l’eau de rose qui devrait ravir les jeunes filles et les faire rêver … J’ai parfois eu l’impression de me retrouver devant un épisode de Princesse Sarah que toutes les filles de ma génération regardaient assidûment …

En résumé c’est donc une bonne histoire pour jeune fille mais cela se cantonne à cet aspect. Autres amoureux de mangas ou de BD n’allez pas vous fourvoyer dans cette lecture à moins bien sûr que vous soyez accros aux Shôjos. Cet ouvrage trouvera son public !

Par PEK, le 18 janvier 2011

Publicité