NAINS
Svara du Bouclier

Sur les Hauts Plateaux de l’Ourann du Sud, l’heure est au travail en la ferme du vieux nain Tëorür. Pendant que ce dernier coupe du bois avec sa fille Svara, Niss, sa petite fille, assure le repas. Apparaît un chariot que Svara reconnaît aussitôt et qui, malheureusement, transporte les corps de soldats morts à la guerre contre les Hums. Elle y identifie les cadavres de deux de ses fils sur les trois présentés et s’interroge sur ce qu’il a pu advenir d’Abraz, son troisième qui se trouvait dans la même compagnie militaire. N’ayant pu obtenir de réponse satisfaisante de la part des transporteurs, elle décide de partir à sa recherche et sur les conseils de son père Tëorür, va demander l’appui de Volgrir, un ancien compagnon d’armes de celui-ci qui vit reclus dans un monastère. Après l’avoir convaincu, ils font route ensemble vers la citadelle où siège le Général Borungal pour obtenir l’aide militaire. Alors qu’elle obtient un refus catégorique, Svara apprend que dans la compagnie décimée où était son fils, un nain a pu survivre aux combats. Elle décide de le sortir de la prison dans laquelle il se trouve pour lâcheté et par la même occasion, récupère le détenu, un brin braillard, qui partage sa cellule. Le groupe ainsi formé part illico sur les traces d’Abraz. La quête qui s’annonce va être celle de tous les dangers…

Par phibes, le 5 mai 2021

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur NAINS #20 – Svara du Bouclier

Cette saga dédiée aux courtes guiboles qui arpentent les Terres d’Arran n’en finit pas de s’agrandir. Nicolas Jarry, maitre conteur de cet univers pittoresque, revient dans des dispositions beaucoup plus dramatiques que dans le tome précédent (voir Tadgard des Errants) pour illustrer une équipée propre à la caste du Bouclier.

C’est ainsi qu’à partir d’une idée assez simple dans son principe (la quête d’une mère pour retrouver son fils disparu), le scénariste nous introduit dans une intrigue torturée au long cours qui, sous le couvert d’un travail impressionnant sur les dialogues très fleuris propre à aux nains (voir lexique en fin d’album), a l’avantage d’être bien animée et portée par des personnages à l’aura bien puissante. En effet, considérant que nous nous trouvons sur un territoire grevé par la guerre et que les nains sont particulièrement férus de combats, il ne fait aucun doute que les heurts vont être pléthores tout au long des recherches.

Par ailleurs, l’héroïne de cette histoire, Svara, a la particularité d’être un personnage au caractère trempé et à cet égard, on pourra saluer la manière dont Nicolas Jarry a construit ce personnage hors norme, d’une détermination incroyable pour retrouver son Abraz. Mais elle n’est pas la seule puisque viennent en second deux autres personnages qui sont Burlok, qui va « égayer » par sa forte gueule et ses tirades bien croustillantes les péripéties et Volgrir, combattant dans l’âme qui a plus d’une hache dans son sac. Aussi, l’on ne manquera pas de rester tout du long « scotché » à cette quête maternelle qui promet bien des rebondissements.

Force est de constater que appuyé par un travail de colorisation bien léché, Nicolas Demare fait grosse impression sur la partie graphique. Dès le départ, grâce à une pleine page panoramique extraordinairement belle, celui-ci donne la tonalité générale de son intervention. La qualité est bien présente, accrocheuse, la maîtrise sur ce petit peuple est indiscutable. L’artiste fait preuve d’une belle recherche et va chercher le moindre détail pour donner de l’étoffe à son univers. Les rencontres dégagent une belle puissance, assurément confortée par des personnages on ne peut plus expressifs. En définitive, un régal pour les yeux !

Un excellent épisode sur une quête maternelle sans concession qui a le privilège de démonter qu’au bout de 20 épisodes, les auteurs sont loin d’être à cours d’idées. Bravo !

Par Phibes, le 5 mai 2021

Publicité