PLAINE DU KANTO (LA)
Tome 3

 
Kinta développe et parfait son art au gré de ses voyages et de ses rencontres. C’est dans la solitude qu’il a le plus d’inspiration bien qu’il trouverait facilement matière auprès des gens qu’il côtoie : dans la contrariété de ses relations amoureuses, dans la fréquentation de l’impayable maître Oguno ou dans l’envie de se mesurer à d’autres artistes…
 

Par sylvestre, le 16 juillet 2011

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur PLAINE DU KANTO (LA) #3 – Tome 3

 
Dans ce troisième et dernier volume de La plaine du Kantô, Kazuo Kamimura fait une fois de plus rimer art et sexe de manière toute osée, toute particulière et au fond toute personnelle… Pour preuve de l’omniprésence du sujet, on trouve dans ce tome une évocation à la zoophilie, des scènes d’homosexualité, un regard surprenant (et critiquable !) sur le viol et des scènes d’amour, amours le plus souvent contrariées ou étonnamment orchestrées, amours comme filigrane de ce manga… A lire ensuite la décoiffante postface de l’auteur, on comprend mieux comment et pourquoi le sexe a pris autant de place dans l’œuvre du mangaka, mais cela ne désépaissit en rien le fil rouge artistique : la quête de Kinta, ni la beauté des sentiments profonds des uns et des autres, aussi « noirs » puissent-ils paraître à l’extérieur, et cela grâce au dessin toujours très sensuel d’un Kazuo Kamimura très inspiré par ces plaines du Kantô qui l’ont vu grandir et connaître ses premières expériences sexuelles et artistiques.

Un manga de cet auteur est toujours un manga à recommander. Alors voilà, c’est fait !
 

Par Sylvestre, le 16 juillet 2011

Publicité