PLUME AUX VENTS
Ni Dieu ni Diable

Après un long voyage, Grandpin retrouve enfin Ariane, la femme
qu’il aime, aux côtés de son père emprisonné. Elle avait été enlevée pour
obliger le chevalier à se rendre sinon sa fille serait tuée (voir tomes
précédents). Le tribunal juge Grandpin et l’heure de l’exécution approche.
Presque la corde au cou, Léonard Langue agile, Maître des éperviers
apparaît. Il provoque les foudres du ciel et sauve les deux condamnés.
Ainsi, les personnages reprennent la route et, libérés de l’Épervier, se
dirigent vers une vie plus paisible. Chacun va trouver sa voie.

Par MARIE, le 1 janvier 2001

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur PLUME AUX VENTS #4 – Ni Dieu ni Diable

Les amateurs des 7 vies de l’épervier vont être ravis, ce 4ème tome
de Plume aux vents est le dernier et clôt cette aventure. La magie va
s’arrêter, la dernière vie dont s’est emparé l’épervier va s’éteindre et le
cours normal des choses va commencer. Le dessin de M. Juillard est
magnifique. Dans le style réaliste, il est un maître du genre et de nombreux
dessinateurs s’en inspirent.
La réapparition de Léonard langue agile est amusante et apporte vraiment la
conclusion à cette histoire. Un must dans le style historique. Depuis le
premier tome des 7 vies de l’épervier en 1983 (bientôt 20 ans) de
nombreuses séries parallèles ont été créées par Cothias avec d’autres
dessinateurs. Ainsi les personnages ont vu une suite à leur histoire et ce
concept de série tronc avec de multiples branches est aujourd’hui souvent
utilisé (voir Donjon de Sfar et Trondheim au scénario, Le Décalogue de
Giroud toujours au Scénario ou encore, l’aventure des Stryges de
Corbeyran…)
S’il fallait un classement, je mettrai toute la série dans les classiques du
genre.

Par MARIE, le 13 novembre 2002

Publicité