TANDORI, FAKIR DU BENGALE
Le réveil de l'éléphant bleu

Invités à la table des négociations par le Maharadjah Lahmuker, les Anglais présents dans la région feront fi de son interdiction de traverser son territoire pour faire transiter l’opium dont ils tirent profit. Le fakir officiel de Lahmuker et son neveu Tandori (alors en pleine formation de fakir pour succéder à son oncle) vont tenter, pour allier fidélité à leur Maharadjah et travaux pratiques, d’empêcher les Britanniques d’agir.

Mais à deux contre moult, ils n’auront pas le succès escompté, bien qu’ils aient abondamment usé de formules et d’incantations en tous genres ! Tandori et son vieil oncle fakir devront alors leur libération à un certain M. Verne, un peu le genre inventeur fou, et à un certain M. Surcouf. Ces derniers, par leur savoir, vont proposer de venir en aide aux Indiens contre ces damnés Anglais en faisant revivre une divinité protectrice : l’éléphant bleu…
 

Par sylvestre, le 1 janvier 2001

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur TANDORI, FAKIR DU BENGALE #1 – Le réveil de l’éléphant bleu

Jeux de mots à foison (comme dans Astérix pour les noms propres, notamment) avec contrepèterie glissée à l’occasion, humour bonenfant et histoire sympathique, telles sont les caractéristiques de cette joyeuse aventure de Tandori, l’apprenti fakir.

A l’approche de Noël, les éditions Soleil remettent sous les feux de l’actualité cette BD signée Arleston (scénario) et Curd Ridel (Dessin) en la rééditant et en la faisant recoloriser. Il faut dire que les très vives couleurs qui viennent donner vie aux lieux et aux personnages tiennent effectivement du registre « papier cadeau » !

Dans la plus pure tradition des BD jeunesse classiques, la série Tandori, fakir du Bengale atteint son objectif de distraire en restant originale. Avec le Bengale comme décor, il est vrai que de multiples idées sont à exploiter pour faire du nouveau avec des méthodes déjà souvent employées en BD.

Cette réédition est l’occasion de (re)découvrir le jeune Tandori et son univers aux couleurs de friandises. C’est une BD qui, d’ailleurs, en a le goût en plus d’en avoir la couleur ! Les enfants apprécieront, c’est certain.
 

Par Sylvestre, le 12 novembre 2007

Publicité