TOUT PRATT
Sous le drapeau des pirates

Corto Maltese paresse au bord de la plage d’Itapoa, sur la véranda de la belle demeure de Bouche Dorée. Mais il ne reste pas inactif bien longtemps. L’arrivée du baron Hasso Von Manteufel, en mission spéciale à Bahia pour le compte de l’Allemagne le lance dans une histoire d’espionnage…

 

Par berthold, le 13 mars 2019

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur TOUT PRATT #4 – Sous le drapeau des pirates

Ce volume reprend les aventures suivantes : "L’aigle du Brésil", "Et nous reparlerons des Gentilhommes de Fortune" et "A cause d’une mouette".

Dès les premières pages, Corto se mesure à la Marine allemande. Hugo Pratt nous surprend à nouveau avec ces récits superbement mis en images.

Paru dans Pif en 1970, ils sont repris en album dans Sous le signe du capricorne chez Casterman, en 1979.
De bonnes histoires, dans la plus pure tradition Prattienne.
On peut aussi y voir l’uilisation des mythes de Mu (qui sera repris d’ailleurs dans la dernière aventure de Corto Maltese, Mû ) et de l’Eldorado. On trouve aussi une chasse au trésor sur une île regrougant une "Joyeuse Confrérie" (Et nous reparlerons des Gentilhommes de fortune).
Côté personnages, nous sommes gâtés entre La mystérieuse Bouche Dorée (qui aurait, dit-on, plus de 200 ans ?!), la craquante Morgana, la soeur de Tristan, puis nous faisons la connaissance de Steiner et c’est aussi le retour d’un ancien compagnon de Corto, à la période du Moine et de L’Escondida : Raspoutine !
Dans A cause d’une mouette, Corto Maltese se retrouve amnésique, à la fin il ne se rappelle toujours pas qui il est. Du moins, on l’appelle Corto Maltese et il se dit que cela doit être son nom. Cette aventure permet aussi de rencontrer la belle Soledad Lokhäart qui est à l’origine de l’amnésie du marin. Pratt montre que Corto aime la gente féminine, même les plus laides comme Ambiguité.

Un dossier éditiorial accompagne cet album.

 

Par BERTHOLD, le 13 mars 2019

Publicité