UNDERTAKER, tome 3
L'Ogre de Sutter Camp

Jonas Crow voyage en compagnie de Rose Prairie et de Lin, ce qui n’arrange pas ses affaires qui ne sont pas si florissantes comme le lui rappelle si bien Rose. Du coup, elle lui a trouvé une "cliente" du côté de la Californie. Ils doivent se rendre à la Warwick Mansion pour enterrer Abigail Warwick. Ils sont accueillis par le gendre de la défunte, un homme peu sympathique qui profite de l’alcoolisme de son beau-père pour gérer les affaires familiales à sa place.
Au moment de la cérémonie, le colonel Charley Warwick, le mari de la défunte, apparait. Il reconnait Jonas Crow qu’il appelle Strickland. Il lui crie que l’Ogre de Sutter Camp est toujours vivant ! Le gendre tente d’arrêter l’ancien officier, mais cela dégénère. Crow veut savoir ce que le vieux colonel a à dire…

 

Par berthold, le 3 février 2017

Publicité

Notre avis sur UNDERTAKER #3 – L’Ogre de Sutter Camp

Avec le départ de ce nouveau dyptique, Xavier Dorison et Ralph Meyer nous entrainent dans une nouvelle aventure assez étonnante et surprenante. Une aventure qui va, semble t’il, nous en apprendre un peu plus sur le passé du croque-mort.

Le héros est donc un croque-mort qui voyage avec un vautour nommé Jed, et qui doit dorénavant se coltiner deux bonnes femmes : Rose Prairie et Lin. La cérémonie funéraire, à laquelle il participe, lui rappelle son passé et l’attire, forcément, vers de nouveaux ennuis… Pour notre plus grand bonheur !
L’intrigue est très bien menée. Le lecteur chevauche au côté des héros pour arrêter celui qui se fait nommer l’Ogre de Sutter Camp. Alors, cet Ogre est-il un serial killer ? Ou bien… Je vous laisse faire votre propre opinion.

Le récit tient toutes ses promesses et respecte les codes du western avec bagarres, coup de feux et chevauchées. Les caractères des personnages se dévoilent de plus en plus. Lin prend de l’ampleur. Quand à Rose… vous verrez. Jonas semble être aussi une belle crapule.

Est il encore besoin de présenter le grand talent de Ralph Meyer ? Une nouvelle fois, il nous épate par son travail. Son trait permet de bien faire ressortir les expressions des personnages, d’apporter lorsqu’il le faut une touche d’humour et surtout, de poser l’ambiance dans quelques pages spectaculaires. Je repense, par exemple, à l’affrontement entre Crow et l’Ogre, par exemple.
Il faut aussi souligner le travail de Caroline Delabie aux couleurs. Avec Meyer, elle apporte aussi beaucoup à l’atmosphère particulière de ce tome.
Un cahier graphique, proposé pour la première édition vous permet d’en voir un peu plus sur le travail de recherches, d’esquisses de Meyer.

Un excellent troisième opus. Undertaker entre dans le panthéon des grands classiques de la bande dessinée.
Vivement la suite !

 

Par BERTHOLD, le 3 février 2017

Publicité