CARTHAGO
Abzu est notre seul dieu

Océan Atlantique Nord, au large de l’Ecosse. Sur la plateforme pétrolière Aegirgas.
Les opérations d’évacuation ont lieu.  Garnett a eu le temps de prendre le canot lorsque l’apocalypse s’est enclenchée.

2029. Mer de Bering. A 4700 mètres de profondeur.
Lou vit dans le sanctuaire du Kamtchaka, parmi les tritons antiques. Les mégalodons supportent mal ces longs mois de captivité dans ce lieu. Vu leurs comportements, Il est décidé que Lou les conduisent jusqu’à la fosse de Milwaukee.
Le voyage ne va pas être facile. Il y a des tensions parmi les mégalodons. Celui que Lou nomme le Bagarreur veut prendre la place de meneur et éliminer l’Albinos. En s’interposant dans l’attaque entre les deux géants, Lou est repérée, dans son vaisseau, par un sous-marin qui se trouve non loin de là. Les marins lui tirent dessus avec un lance-roquette. Lou est touchée…

 

Par berthold, le 16 novembre 2021

Publicité

Notre avis sur CARTHAGO #13 – Abzu est notre seul dieu

Un nouveau diptyqye débute avec ce tome 13, concernant la série Carthago.

Christophe Bec nous entraîne en cette année 2029, quelques années après qu’un cataclysme ait frappé la Terre.
Nous allons retrouver Lou Melville dans son sanctuaire au milieu des tritons antiques et des mégalodons.

En convoyant ces derniers vers un nouvel endroit, elle va être blessée par un tir de roquettes et va se réveiller dans une sorte de monastère. Là, elle va tenter de comprendre ce qu’il s’est passé et essayer de comprendre le comportement de ces moines.

Il y a quelques secrets entourant cet endroit et ces moines.
L’intrigue nous captive toujours. Christophe Bec nous enchante toujours avec cette série. Il parvient à nous surprendre et et à ne pas nous décevoir. De nouveaux mystères apparaissent.
Le personnage de Lou a gagné en présence.
L’auteur parvient à créer une bonne ambiance avec ce monastère en pleine mer, ayant pris place dans une ancienne plateforme pétrolifère.
De plus, le comportement des requins géants reste encore assez étrange. Surtout celui du Bagarreur.

Ennio Bufi a un grand talent. Ses planches sont magnifiques. Le rythme est là. L’action bien présente. Et il nous offre de magnifiques scènes maritimes et sous-marines.
Servis par les couleurs d’Andrea Meloni, les pages sont superbes.
Bufi sait placer les bonnes expressions sur le visage de ses personnages. Et il parvient aussi à en donner dans le regard des mégalodons.
L’artiste illustre aussi quelques scènes assez spectaculaires, qui en mettront plein la vue aux lecteurs.

Abzu est notre dieu est un bon début pour ce nouveau diptyque de la saga Carthago.
Une série qui étonne et passionne toujours autant !

 

Par BERTHOLD, le 16 novembre 2021

Publicité