GUERRES D'ARRAN
La bataille de Torunn

La guerre qui s’est déclarée entre les humains et les races anciennes dans les territoires du nord des Terres d’Arran s’étend peu à peu sur ceux du sud. Pour permettre au seigneur orc Kronan de s’imposer roi des terres désertiques de Katzan, le gobelin rochassier Myth est allé dérober la précieuse couronne appartenant à leurs voisins humains Assanides. Au retour, il apprend à son suzerain que cet empire s’est allié avec l’empire du Dumn pour exterminer tout ce qui n’est pas humain. Après avoir testé la fidélité des humains de son entourage, Kronan décide d’envoyer des émissaires pour chercher à rallier d’autres clans de nains, de culs-verts et même ogres.

De son côté, pour panser ses plaies, l’elfe bleu Athé’non, fils du seigneur d’Elsémur, s’est fait embaucher sur la cité flottante de Port-Vogue. Mais l’attaque d’une immense flotte d’Yrlanais l’oblige à recourir à ses aptitudes de guerrier hors norme et à l’impressionnant Raiken-Kalhaal auquel il est lié. Gravement blessé mais vainqueur de l’escarmouche, il décide d’avertir le Conseil des Armateurs afin de leur signaler la terrible menace humaine qui plane sur les elfes.

Pendant ce temps, au nord de l’empire de Dumn, dans la forêt de Torunn, les elfes sylvains dirigés par la reine Ora tentent de se dresser contre les troupes impériales et leurs légions de Golems.

Par phibes, le 18 février 2024

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur GUERRES D'ARRAN #3 – La bataille de Torunn

Il n’aura fallu attendre que quatre mois pour avoir la suite des fameuses batailles qui grèvent les Terres d’Arran, mettant en balance le sort des différences races qui s’y trouvent disséminées. Après avoir connu les durs combats autour de Redwin et ses partenaires orcs, elfes et nains se déroulant dans l’hémisphère nord, un nouveau focus est proposé, cette fois-ci, dans la partie sud de cet univers.

Pour cela, Nicolas Jarry qui continue à tenir les rênes de cet immense monde nous propose de faire revenir au centre des débats guerriers plusieurs personnages que nous avons rencontrés précédemment dans des aventures isolées. C’est ainsi que nous retrouvons le gobelin Myth, l’orc Kronan, la reine sylvaine Ora et l’elfe bleu Athé’non, tous les quatre étant promis à participer à la terrible bataille de Torunn.

Le travail reste toujours aussi conséquent et prouve une fois encore que Nicolas Jarry gère son univers d’une manière très inspirée. Ce dernier parvient à tisser des passerelles subtiles avec des histoires passées et à les faire converger adroitement, certes sous le couvert d’une mesure de sauvegarde évidente. Pour cela, le scénariste confie la gestion vocale à un personnage vert à la verve très imagée ô combien cocasse. Mith, pour le nommer, porte ainsi les différentes pérégrinations des trois représentants des races anciennes et de leur convergence vers la forêt de Torunn face à une gente humaine particulièrement manipulatrice.

Le récit guerrier est pour le moins puissant, toutefois un peu moins accrocheur que le précédent avec Redwin, malgré des protagonistes bien charismatiques. De nombreuses escarmouches ensanglantées et emplies de magie parsèment l’aventure générant une animation non négligeable et nous amènent progressivement à ce rassemblement prôné par le nain de la Forge.

Après avoir illustré le tome 21 de la série Orcs et Gobelins (Orak), Alina Yerofieieva refait une deuxième apparition dans cet univers fantasy. Aidé en cela par un storyboard signé par le talentueux Kyko Duarte, l’artiste nous offre une très bonne représentation graphique, cohérente, des guerres en devenir des Terres d’Arran. On saluera la mise en avant des personnages dans toutes leurs différences, du gobelin aux humains en passant par les orcs et les elfes. On perçoit un énorme potentiel quant à la gestion des combats qui sont nombreux et représentatifs de la barbarie ambiante. Le tout est encore une fois de plus sublimé par la palette multicolore de J. Nanjan.

Un troisième volet vigoureux des terribles guerres qui secouent les Terres d’Arran et qui nous rapproche de l’objectif réunificateur de Redwin.

Par Phibes, le 18 février 2024

Publicité