MAGES
Disha

Alors que la guerre gronde entre les humains et les anciennes races, le mage Xeor s’est rendu au haut quartier de la cité impériale de Medjinn pour rencontrer les représentants de la Koita. En effet, ces derniers ont récupéré le golem qui est à l’origine de la mort du seigneur Aldanum d’Eldabeth et souhaitent connaître l’avis d’expert du sorcier. Reconnaissant la patte avertie de son vieil ami runique Dajar, il le rapporte à la Koita qui lance ses limiers sur sa trace. Ignorants qu’ils sont l’objet de poursuites, Disha, fille du défunt Dajar, et Yoni son bouillant compagnon, tentent de remonter la pente en participant à des combats clandestins de golems. Lors de l’un d’eux, ils sont repris par les agents de la Koita et emprisonnés. Leur sort semble être scellé mais grâce à l’intervention du mage Xeor, ils ont l’avantage d’être libérés et sont alors mis à la disposition de celui-ci pour construire au nom de l’Empire une armée de golems qui doit être engagée dans le combat contre les races anciennes. Mais lors de ces préparatifs, tandis que Yoni semble épouser la cause impériale, Disha développe des envies de fuir. Malheureusement ses desseins sont mis à nu par la Koita et la jeune femme est invitée à agir sournoisement pour celle-ci.

Par phibes, le 9 décembre 2023

Publicité

Notre avis sur MAGES #10 – Disha

Après avoir fait ses preuves dans le tome 6 de la présente saga (Yoni), David Courtois revient sur le devant de la scène pour nous livrer en quelque sorte la suite de cet épisode tout en se raccrochant aux péripéties dévoilées dans le tome 32 de la série Elfes. Se faisant fort de placer ce tome dans les ambiances conflictuelles entre humains et races anciennes, l’auteur relance l’aventure des dignes descendants du mage Dajar.

C’est ainsi que nous retrouvons les deux artisans runiques, le jeune Yoni et la fougueuse Disha, qui, ayant obtenu vengeance à la suite de l’assassinat d’un seigneur autoritaire, volent de leurs propres ailes en participant avec leur golem à des combats illégaux. Malheureusement pour eux, l’enquête diligentée par l’empire et sa milice, la Katoi, va les rattraper et peser lourdement sur leur destinée.

L’on concèdera que cet épisode, sous la plume acérée de David Courtois, est on ne peut plus dense. En effet, le scénariste qui s’est « emparé » de l’esprit de l’héroïne humaine Disha ne se veut nullement avare dans sa narration intimiste et la distille à grand renfort dans un maximum de vignettes. Ainsi, son personnage se livre pleinement et partage avec le lecteur son parcours qui, bien sûr, est tapissé de trahison, de violence et de drame, et qui va révéler, au sein de la Guerre d’Arran, sa personnalité et ses choix. Le récit se veut donc construit très progressivement jusqu’à atteindre une réelle intensité dans les dernières planches.

Livia Pastore fait ses premiers pas dans l’immense univers graphique d’Aquilon. A l’origine d’une belle participation dans la série Sirènes et Vikings (tome 3) et à l’appui d’un storyboard signé Paolo Deplano, la jeune dessinatrice réalise une prestation ô combien impressionnante de par sa qualité. On perçoit de la rigueur dans son trait qui se veut des plus esthétiques et qui met en évidence des paysages, des décors d’une beauté époustouflante. Le travail sur ses personnages (qu’ils soient humains ou elfes) sont d’une expressivité des plus concluantes et animent remarquablement ses vignettes. Les scènes de combats sont superbement restituées dans une démesure qui vaut son pesant de dynamisme (surtout lorsque les golems s’entrechoquent). Evidemment, le tout est mis en relief par la colorisation de Vincent Powel qui continue à nous émerveiller.

Un épisode qui fait efficacement le lien avec d’autres et qui modèle subtilement les péripéties guerrières à venir. Un excellent travail rendu par un collectif d’auteurs particulièrement investis dans leur sujet.

Par Phibes, le 9 décembre 2023

Publicité