Silence
Volume 2

Accompagnant toujours Lune à travers le pays, pour ce rendre à Haut-Fort, Lame et les membres de son « village » en apprennent davantage sur cette mystérieuse ville et l’ordre des moines qui la dirige. Cependant, le voyage n’est pas sans risque. Lorsqu’ils décident de s’arrêter près d’une petite rivière, pour utiliser les cannes à pêche qu’ils viennent de trouver, ils sont soudain attaqués par plusieurs créatures particulièrement puissantes. Heureusement, ils sont sauvés par un groupe de personnes très puissantes, envoyées par Haut-Fort. Ces derniers sont à la recherche de Lune…

Par fredgri, le 24 janvier 2024

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur Silence #2 – Volume 2

Voilà, le voyage vers Haut-Fort est acté, les premiers dangers se sont présentés, toute la troupe doit désormais apprendre à évoluer dans ce paysage ou chaque son peut alerter la moindre créature qui se présente.
Yoann Vernière nous entraîne à nouveau dans une aventure pleine de rebondissements qui nous permet progressivement d’en apprendre davantage sur ce que vont traverser les personnages. Grace à Lune, le voile qui entoure la ville destination de cette épopée se lève petit à petit, on devine que d’une part la jeune femme n’a pas forcément tout dit sur sa relation avec la cité et ses habitants, notamment sur son statut de fugitive, mais qu’en plus, ce havre de paix qu’elle a vendu à Lame et ses amis n’est peut-être pas aussi paisible et accueillant qu’il semblerait…

Débarrassé des tâtonnements du début, la série prend ici son véritable élan, avec un second tome plutôt prenant et très efficace. On a vraiment le sentiment de glisser dans un récit captivant, bourré d’émotion, de dangers, de tension, mais aussi d’une petite couche de légèreté très agréable (notamment toutes les scènes avec les enfants qui jouent…)
En parallèle, le dessin semble aussi avoir gagné en confiance, en dynamisme. Un très bon épisode.

Silence se révèle donc une très bonne surprise, un manga « à la française » qui n’a absolument pas à rougir devant la production asiatique, loin de là.

Très conseillé.

Par FredGri, le 24 janvier 2024

Publicité