TERRES D'OGON
Blancs-Visages

Pourchassée par les Dents-Limées, Itomë qui fait partie du clan des Blancs-Visages tente de sauver sa peau. Dans un ultime effort, elle tombe dans un gouffre et se retrouve au cœur d’un vaste charnier qui témoigne d’un affrontement terrible entre Raka-Rongo et Daggars. La jeune fuyarde est attirée par un masque mystérieux qu’elle passe sur sa tête. Elle se retrouve alors face à un sorcier-esprit qui se lie à elle et la sauve de ses poursuivants. Sentant que le masque est mauvais, elle le retire et fuit vers son village. Là, elle apprend que Binto, son frère, a été très gravement blessé par les Dents-Limées. Elle décide de faire usage de son masque. Bien qu’elle parvient à sauver son frère, Itomë se voit, pour cet usage interdit, condamnée à quitter le village pour aller en Massaka, la Terre des Sorciers, afin de rompre le lien qui l’unit au masque. Malheureusement pour Itomë, un sorcier Raka-Rongo est à la recherche de celui-ci et est prêt à tout pour le récupérer. Est-ce que la jeune blanc-visage saura se sortir des griffes de son nouveau poursuivant et de ses sbires ?

Par phibes, le 11 avril 2023

Publicité

Toute la BD, que de la BD !

Notre avis sur TERRES D’OGON #2 – Blancs-Visages

Avec ce deuxième volet des Terres d’Ogon, Nicolas Jarry prend la main sur la saga. Faisant donc suite à Jean-Luc Istin qui nous initiait à ce nouveau vaste territoire (il s’agit du pendant des Terres d’Arran avec lequel il forme les Terres d’Aquilon) avec les aventures d’un petit kulu, l’auteur nous fait découvrir une autre peuplade, celle des blancs-visages, représentée par la jeune Itomë. Comme il se doit, cette dernière va, comme le précédent personnage principal, être mêlée à une épopée périlleuse, engendrée par la découverte d’un masque bien maléfique.

C’est donc une nouvelle fois un personnage jeune qui va animer le récit et nous transporter dans une course-poursuite endiablée. Bénéficiant d’un schéma parfaitement huilé toujours aussi narratif, cette aventure est l’occasion de nous immerger dans les ambiances africaines liées au territoire ogonnien et nous intéresser à l’émancipation d’Itomë au travers d’un parcours évidemment tourmenté et ensorcelé.

Ce périple à travers le Dumaranga en direction du Massaka reste pour le moins distrayant par le fait que la jeune Blanc-Visage bénéficie de très bonnes ressources, dotée d’une sensibilité attachante et d’une belle volonté face au danger. Elle se voit, au cours de son exode, associée à d’autres personnages dont la spécificité va donner encore plus de corps à l’aventure. On y découvre le jeune Djo-Djo qui va apporter une adversité/complicité bien sympathique, le centaure (girafe) Tora’n avec sa combattivité, le sorcier maléfique O’Toxo et l’esprit du Maître Masque qui vont bien entendu ensemble susciter le danger le plus inquiétant. C’est donc pleinement animé, violent à de nombreuses reprises et bien captivant, le tout grâce à des rebondissements gérés avec une réelle efficacité.

Au niveau du dessin et sous une colorisation pro de J. Nanjan, Alex Sierra réalise une belle performance. S’étant déjà fait la main avec cet univers fantasy avec le tome 10 de la série Orcs et Gobelins (Dunnrak), l’artiste nous dresse une aventure picturalement palpitante, riche en actions et en sorcellerie. Campant avec une belle adresse cet univers à la sauce africaine, il parvient à faire sensation grâce à des décors exotiques de qualité et à des personnages de caractère, dont certains bien attachants, cocasses même et d’autres vraiment méchants.

Un deuxième tome efficace qui nous renseigne sur les mystérieuses Terres d’Ogon tout en distillant une très bonne épopée fantasy.

Par Phibes, le 11 avril 2023

Publicité